Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 15:53
Rose et Paul, la suite

Il y a un peu plus de trois ans déjà - c’est fou, le temps, tout ça - je commençais sur ce blog une fiction.

Semaine après semaine, j’ai publié des épisodes à un rythme irrégulier, celui de l’écriture. Je ne savais pas bien où j’allais, mais l’histoire avançait et mes lecteurs, fidèles, m’encourageaient.

Et puis j’ai laissé tomber, prise par d’autres exercices d’écriture divers et variés, tout en gardant dans un coin de ma tête mes personnages, Rose et Paul. Même si nous nous étions un peu perdus de vue eux et moi, j’ai été très heureuse de les retrouver et de continuer à les faire évoluer.

Demain j’aurai donc le plaisir de mettre en ligne un nouvel épisode, qui aura vocation d’être, je l’espère, le début de la fin.

(Pour ceux qui sont un peu perdus, ce feuilleton débute au billet intitulé Mise en abyme (1) daté du 5 septembre 2011, et se termine provisoirement au billet Le Bain (16) daté du 11 février 2013. Les épisodes intermédiaires sont repérables aux billets du blog dont le titre porte un numéro entre parenthèses. Vous avez un peu de temps pour remettre les pendules à l’heure, rattraper le temps perdu, ou vous rafraîchir la mémoire.)

Partager cet article

Repost 0
Published by vaporiserunemouche
commenter cet article

commentaires

Avant-propos

"C’est fou, le pouvoir de diversion d’un homme que son travail ennuie, intimide ou embarrasse : travaillant à la campagne (à quoi? à me relire, hélas!), voici la liste des diversions que je suscite toutes les cinq minutes: vaporiser une mouche, me couper les ongles, manger une prune, aller pisser, vérifier si l’eau du robinet est toujours boueuse (il y a eu une panne d’eau aujourd’hui), aller chez le pharmacien, descendre au jardin voir combien de brugnons ont mûri sur l’arbre, regarder le journal de radio, bricoler un dispositif pour tenir mes paperolles, etc. : je drague.

(La drague relève de cette passion que Fourier appelait la Variante, l’Alternante, la Papillonne.)"

Roland Barthes par Roland Barthes

Archives